Je n’ai pas immédiatement été attirée par les bégonias. Mais leur facilité de bouturage et leur diversité (plus de 1500 espèces !) ont vite fait pencher la balance.

Mon premier bégonia est un tamaya. Également appelé maculata, et bégonia bambou.

J’ai reçu ma toute première bouture à l’automne 2018, après m’être inscrite sur le groupe Troque ta plante sur facebook. Et une seconde un peu plus tard, toujours en troquant.

Les deux ont rapidement fait de nouvelles feuilles, mais c’est la seconde qui me gratifie de l’évolution la plus spectaculaire : elle s’est ramifiée, et a également fait un rejet qui pousse à vitesse grand V.

La floraison est adorable, en grappe de petites fleurs roses qui tiennent assez longtemps. Mais c’est son feuillage qui m’a le plus séduite avec ses petits pointillés blancs très graphiques.

Je les arrose “à la demande”, je n’ai pas de planning d’arrosage à ce jour. J’observe et je surveille le terreau, mais je sais cependant que c’est une plante qui demande 1 à 2 arrosages par semaine. Quand les feuilles commencent à se replier sur elles-même c’est qu’il est grand temps !

Après un séjour dans le couloir, les deux sont installées dans le salon. Elles tolèrent bien la mi-ombre. Je bougerais sans doute la sellette à l’automne, quand on allumera le chauffage. En général, personne n’aime trop passer sa vie devant le chauffage. Personne de végétal en tout cas !

Le Tamaya est selon moi une plante facile, et on en croise souvent sur les groupe de trocs donc c’est assez simple d’en dégoter une bouture. Et elle est très gratifiante !

S’il y a des parents de Tamaya par ici, faites moi un coucou ! (et encore plus si la vôtre possède une couleur différente, ça m’intéresse ! 😉 )

À bientôt au jardin !